Poèmes à la volée

Bonjour à toutes et à tous ! Comment allez-vous et comment se passe votre déconfinement ?

Je reviens aujourd’hui comme promis pour l’article du jour : ). Comme quoi, les efforts finissent toujours par payer (quelle expression niaise…), car cela fait maintenant trois semaines que j’ai repris l’écriture et il n’y a pas encore eu d’interruption majeure… Ce qui est, ma foi, assez incroyable ! Moi, en train de me jeter des fleurs ? Non

Ce dimanche, je tente pour la première fois un nouveau type de contenu : l’un de mes poèmes. Je me suis inspirée d’une œuvre de Maya Angelou, intitulé Woman Work (soit « Le travail des femmes » en français), qui me plaît énormément et dont j’ai composé une variante.

Les vers qui vont suivre seront en langue anglaise : je n’ai pas trouvé pertinent de chercher ou d’inventer une traduction des textes, pour laisser parler la musicalité de la langue originale.

Woman Work, de Maya Angelou                                                     

I’ve got the children to tend

The clothes to mend

To floor to mop

The food to shop

Then the chicken to fry

The baby to dry

I got company to feed

The garden to weed

I’ve got the shirts to press

The tots to dress

The cane to be cut

I gotta clean up his hut

Then see about the sick

And the cotton to pick.

Shine on me, sunshine

Rain on me, rain

Fall softly, dewdrops

And cool my brow again.

Storm, blow from here

With your fiercest wind

Let me float across the sky

‘Til I can rest again.

Fall gently, snowflakes

Cover me with white

Cold icy kisses and

Let me rest tonight.

Sun, rain, curving sky

Mountain, oceans, leaf and stone

Star shine, moon glow

You’re all that I can call my own.   

Voici maintenant ma propre réécriture :                                 

Woman Work de Dervla O’Shaughnassy

I cook all day

I speak if I may

I never get out       

I constantly doubt

That I’ll do something wrong

And be punished all life long.

Because they say

You talk, you pray

But at the end of the day

I am sorry to say

Who needs women?

Except to make children.

Just cover you hair

Go back to your lair

Be nice and be pretty

And let the big boys be.

So I do what I’m told

But within me I hold

All my anger and tears

And I hope that he hears

That I know for the children

And my heart will tighten,

My beloved daughters

Took them off to the rivers

Came back all alone

Said they ran and they slipped

Fell back and then tipped

But they were four days in all

And couldn’t just crawl.

Then while he said it

His brains were at it,

Pulling me away from the shed

And onto the bed

Teaching me by all mean

What’ll happen if I scream.

Drown me rain

Freeze me snow

Burn me sun

Till I know where to go.

I am not stupid you know

Don’t treat me with hardness

I wish not to leave here

It is not cowardliness.

But that isn’t true

That you think I complain

I wake every day

Wear my clothes on again.

Here I stand before you

To show I won’t fall

But I am just a woman

And who cares at all?

Voilà les amis… Ce n’est pas un poème très joyeux, mais c’est un thème important. J’espère que vous l’avez aimé, en tout cas j’ai moi-même pris beaucoup de plaisir à l’écrire !

On se retrouve comme d’habitude la semaine prochaine : ).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :